Événements

SEGHERS A L’HONNEUR
SEGHERS A L’HONNEUR

Saint François et l’ange de Gérard Seghers, la nouvelle acquisition du musée des Beaux-Arts de Caen, est au cœur de deux rendez-vous le 25 et le 26 janvier : 

Présence d’artistes

Jeudi 25 janvier, 20h-23h

20 h, concert proposé par les élèves du Conservatoire de Caen. Au programme : Scheidt, Biber, Sandrin, Ortiz, van Wichel, Schütz, Castello

21 h, Jean-Yves Tanguy, luthier, présentera l’archer qu’il aura reconstitué à partir du tableau. Jasmine Eudeline, violoniste, et les élèves du Conservatoire feront une démonstration de son utilisation à l’époque de Gérard Seghers.

21 h 30, Daniel Aulagnier, plasticien, proposera une performance participative invitant chacun à s’identifier aux personnages du tableau.

Accès libre sur réservation mba-reservation@caen.fr - Salle des collections permanentes du musée

 

Journée d’étude

organisée en collaboration avec l’Université de Caen

vendredi 26 janvier, 9h30-13h30

9 h 30 – 10 h, Accueil par Emmanuelle Delapierre, directrice du musée des Beaux-Arts de Caen

10 h – 10 h 40, La Vie retrouvée de François d’Assise

Jacques Dalarun, historien du Moyen Âge, chercheur au C.N.R.S.

10 h 40 – 11 h 20, Le Saint François et l’ange de Caen, une œuvre emblématique du Caravagisme sensible et monumental de Gérard Seghers (1591-1651). Anne Delvingt, historienne de l’art.

11 h 40 – 12 h 10, François d’Assise : un habit pour s’exposer

Brigitte Poitrenaud-Lamesi, maître de Conférences en littérature et civilisation italiennes, Université de Caen.

12 h 10 -13 h,  La Doctrine de l’ange musicien : musique et mystique dans la tradition franciscaine.

Fabien Guilloux, historien de l’art, ingénieur d’étude à l’Institut de recherche en musicologie.

13 h-13 h 30, Conclusion des débats Silvia Fabrizio-Costa, professeure de littérature et civilisation italiennes, Université de Caen.

Accès libre sans réservation - Auditorium du musée

 

Jadis… Le musée des Beaux-Arts de Caen, 1791-1944
Jadis… Le musée des Beaux-Arts de Caen, 1791-1944

 
Rencontre avec Christophe Marcheteau de Quincay, auteur, et Sarah Fouquet, illustratrice
 
Mercredi 13 décembre, 18 h
 
Officiellement créé par l’arrêté consulaire du 1er septembre 1801,le musée fut inauguré en décembre 1809 au sein d’une aile de l’ancien séminaire des Eudistes (place de la République), devenu en 1792 le siège de l’hôtel de ville. Constitué primitivement par les saisies révolutionnaires effectuées tant dans les églises de Caen que chez les émigrés, puis par les envois fondateurs de 1804 et 1811, ce premier fonds ne cessa de s’enrichir tout au long du xixe siècle grâce à une active politique de dépôts de l’État, notamment d’oeuvres dévoilées au Salon ; aux achats de la municipalité ; mais aussi par les généreuses libéralités d’amateurs locaux, tels le peintre Lefrançois, l’érudit Lair, la mondaine baronne de Montaran, ou encore le libraire et éditeur Mancel. Jusqu’à l’évacuation partielle de 1939 et aux bombardements de juillet 1944, nous suivons le destin tant des oeuvres – subsistantes ou détruites – constitutives de la collection caennaise, que des conservateurs l’ayant patiemment construite. Fruit de dix années de recherches de Christophe Marcheteau de Quinçay, attaché de conservation, l’ouvrage déroule, avec force détails, cette histoire mouvementée, voire tragique, qu’une riche iconographie et des dessins réalisés par Sarah Fouquet viennent illustrer.
 
Sortie le 28 mars 2018
Co-édition musée des Beaux-Arts de Caen /Illustria.
256 p., 26 €

 

12 suivant