Aller au contenu principal

Alerte infos : Réouverture du musée le mardi 2 juin à 9 h 30. Nous sommes heureux de vous retrouver !
Pour assurer votre sécurité et celle des personnes qui vous accueillent, toutes les mesures sanitaires sont mises en place et les activités ont été adaptées ou imaginées spécialement. L'exposition "Les villes ardentes" ouvrira le 11 juillet et Gérard Fromanger le 12 septembre.

Le musée

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. Collection
  3. Découvrir
  4. Le musée des Beaux-Arts de Caen

Situé au cœur du château de Guillaume le Conquérant, dans un bâtiment contemporain, le musée des Beaux-Arts compte parmi les musées les plus importants de France en matière de peinture européenne des XVIe et XVIIe siècles (France, Italie, Flandres, Hollande), tandis que sa collection de gravures en fait l’un des lieux incontournables. Depuis 2007, le château médiéval accueille un Parc de sculptures.

Des collections remarquables

Le musée des Beaux-Arts de Caen présente un vaste panorama de la création du XVe au XXIe siècle. Il conserve l’une des plus riches collections de peinture des musées en régions pour les XVIe et XVIIe siècles italiens (Cosme Tura, Giordano, Guerchin, Pérugin, Tintoret, Véronèse), français (Champaigne, Poussin, Vouet), flamands et hollandais  (Bruegel, Rubens, Ruysdael, Seghers, Van Der Weyden). Le XVIIIe siècle est représenté à travers des portraitistes et des paysagistes français et italiens (Boucher, Rigaud, Tournières, Tiepolo...) tandis que le XIXe siècle se dévoile autour des peintres romantiques et réalistes (Courbet, Delacroix,Géricault) ou encore Corot et les paysagistes de Barbizon. La Normandie comme lieu d’inspiration est également présente grâce à Boudin, Monet puis, au-delà de l’impressionnisme, Bonnard, Dufy, Marquet, Van Dongen, Vuillard,... Le XXe siècle s’ouvre sur le cubisme français, présenté depuis 2017 dans une nouvelle salle (Gleizes, Metzinger, Ozenfant...). Les collections contemporaines constituées dès le début des années 70 puis poursuivies au fil des décennies grâce à une politique d’acquisition volontariste, se déploient autour de grands artistes internationaux : Barcelò, Delprat, Desgrandchamps, Frydman, Mitchell, Music, Pincemin, Plensa, Rebeyrolle, Reigl,  Sicilia, Soulages...

Le cabinet des estampes regroupe l’exceptionnelle collection du Fonds Mancel de plus de 50 000 estampes, présentées en partie dans le cadre d’expositions temporaires (Callot, Dürer, Rembrandt, Tiepolo, Piranèse, Sadeler...).

Des expositions ouvertes sur toutes les époques

Chaque année, le musée propose entre 6 et 8 expositions alternant art ancien, et contemporain, peinture, dessin, estampe, photographie, suscitant autant de moments de rencontres. Pour chacune, la programmation culturelle invite au dialogue en convoquant les autres arts : cinéma, littérature, musique, théâtre, danse, ...

Accessible à tous !

Le musée, gratuit chaque premier week-end du mois et toute l’année pour les moins de 26 ans, invite les familles (enfants dès 3 ans) à se joindre aux vernissages, à suivre des visites actives, des ateliers créatifs ou des nocturnes participatives. Il accueille des artistes en résidence, sollicite les échanges avec le spectacle vivant, le cinéma, la littérature, la cuisine, … Il crée sur mesure des nuits festives avec modèles vivants, speed dating, nuits des étudiants, fête des voisins, jeux ou soirées musicales.

Un parc de sculptures

Le musée en quelques dates

Ouverture du musée en 1809
Afin d’exposer les toiles confisquées aux émigrés ou acquises lors des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, Jean-Antoine Chaptal, ministre de l’Intérieur, choisit, le 1er septembre 1801, quinze villes où implanter des grands dépôts de tableaux. Caen est retenue pour son renom universitaire et sa qualité de capitale culturelle de la Normandie.
La  décision est prise d’utiliser l’aile gauche de l’ancien séminaire des Eudistes, déjà en partie occupé depuis 1792 par l’administration municipale. Le préfet du Calvados demande, le 27 octobre 1802, que l'on confère le titre de « commissaire près le musée de Caen » à François-Pierre Fleuriau, professeur de dessin à l’école centrale du Calvados. Afin d’enrichir le fonds de tableaux rassemblés après la Révolution à la Gloriette, le nouveau conservateur choisit en 1804 quarante-six toiles de différents artistes (Véronèse, Poussin…), faisant ainsi du lot de Caen le plus important après celui de Lyon. Le musée est officiellement ouvert au public le 2 décembre 1809.  Le conservateur dirige également l’école municipale de dessin fondée en 1804.
La collection Mancel en 1872
À partir de 1811, le nouveau conservateur, Henri Elouis, enrichit les collections, notamment grâce à un nouveau lot de 35 peintures attribuées par le ministre de l’Intérieur. En 1815, les Prussiens campent dans le rez-de-chaussée de l’ancien séminaire des Eudistes pour réclamer la rétrocession des toiles confisquées en Allemagne. Elouis dissimule alors les toiles les plus importantes ; selon la légende, il cache en particulier l’Abraham et Melchisédech de Rubens sous la table utilisée pour le dîner des officiers prussiens. 
La deuxième moitié du XIXe siècle est consacrée à l’étude des collections. En 1837, Georges Mancel rédige le premier catalogue du musée et dans les années 1850 les premières monographies consacrées aux collections sont éditées. Alfred Guillard succède à Elouis de 1841 à 1880. En 1853, la ville accepte un legs de Pierre-Aimé Lair constitué de 141 tableaux, dont une grande partie provenait de la galerie de Jean Regnault de Segrais, ainsi que le legs de la baronne de Montaran en 1858, comprenant trois toiles de François Boucher, une vingtaine de Théodore Gudin et une de Pierre Mignard. En 1856, le musée s'agrandit en occupant l'aile reliant le musée à la bibliothèque de Caen.
La plus importante donation de l’histoire du musée est celle de la collection Mancel, en 1872. Elle est léguée par le libraire caennais Bernard Mancel, qui avait acheté en 1845 une grande partie de la collection du cardinal Fesch, oncle de Napoléon Ier, à Rome. Elle est composée d’un lot de plus de 50 000 œuvres : estampes de Dürer, Rembrandt ou Callot, ainsi qu’une trentaine de toiles dont La Vierge à l'Enfant de Rogier van der Weyden. Un an plus tard, la famille du colonel Langlois lègue les 256 toiles représentant des batailles et panoramas militaires. En 1888, ces toiles sont transférées dans le Pavillon des sociétés savantes aménagé aux frais de la nièce du colonel Langlois pour former le musée Langlois.
Les destructions du musée 
L'incendie de 1905 

Les nouveaux conservateurs, Xénophon Hellouin, puis Gustave Ménégoz, font surtout l’acquisition d’œuvres régionalistes d’intérêt exclusivement local. Malgré le don par le docteur Jacquette de tableaux de Courbet, Boudin et Lépine, la peinture moderne, notamment impressionniste, reste pratiquement absente du musée.
Alors que d’autres villes construisent de grands musées pour abriter leurs collections, les bâtiments du Musée des Beaux-Arts de Caen sont maintenus dans un état précaire et le 3 novembre 1905 une partie des collections sont la proie des flammes. Plusieurs œuvres de l’école hollandaise et flamande sont perdues, ainsi que La Bataille d’Hastings de François Derbon. L’incendie fait scandale et la presse locale et nationale réclament une réorganisation du musée qui n'arrivera que … 65 ans plus tard. 
La Seconde Guerre mondiale

En 1934, Louis-Édouard Garrido est nommé conservateur. À partir de 1936, il entreprend une restauration du musée et améliore l’éclairage des œuvres. Mais les travaux sont interrompus par la Seconde Guerre mondiale. 360 peintures, la collection Mancel, la commode de Bernard van Riesen Burgh ainsi que d’autres objets d’arts sont transférés au prieuré Saint-Gabriel, à l’abbaye de Mondaye et au château de Baillou. Le 7 juin 1944, l’ancien séminaire est en grande partie détruit et le dernier bombardement aérien des Alliés, le 7 juillet,  en achève la destruction. 540 tableaux (grands formats, collections du XIXe siècle et un grand nombre d’anonymes du XVIIe siècle), les 400 dessins du cabinet des dessins, les meubles, les objets d'art, les sculptures, ainsi que les archives, les inventaires et les cadres disparaissent. Les œuvres épargnées sont finalement entreposées à la hâte dans les ruines peu salubres de l’hôtel d'Escoville et du musée Langlois. Une seule salle de l'hôtel d'Escoville est ouverte au public et seule trois expositions temporaires sont organisées dans les années 1950. 
Reconstruction du musée
En 1963, on commence à réfléchir à la reconstruction du musée. Les collections sont inventoriées par Françoise Debaisieux ; outre les œuvres de la collection Mancel, on dénombre alors 567 peintures et miniatures, des céramiques et des porcelaines. L'avant-projet proposé par Jean Merlet dans l'enceinte du château est adopté le 26 janvier 1967. Le nouveau musée est ouvert au public le 27 juin 1970  mais il est inauguré le 14 décembre 1970. Parallèlement la nouvelle conservatrice, Françoise Debaisieux, entame une politique d’acquisition se concentrant sur les écoles françaises, italiennes et flamandes du XVIIe siècle. Cette politique est soutenue par les dépôts du musée du Louvre.
En 1982, le Musée des Beaux-Arts de Caen est promu « musée classé », reconnaissant ainsi l’importance des collections et la vitalité de la politique visant à enrichir ces dernières. En 1988, Alain Tapié succède à Françoise Debaisieux. Il étoffe les collections en faisant l’acquisition d’œuvres contemporaines. Le nouveau conservateur fait ajouter en 1994 une nouvelle aile construite par Philippe Dubois. À la suite de cette extension, le musée obtient en 1995, au titre de son architecture et de son programme, le Grand Prix national des Musées décerné par le ministère de la Culture. Depuis 2007, le musée est au centre du Parc de sculptures, aménagé dans le château, à l’initiative de Patrick Ramade, conservateur en chef, directeur du musée de 2004 à 2014. Emmanuelle Delapierre lui a succédé.