Aller au contenu principal

Enseignant

Fil d'Ariane

  1. Accueil
  2. Je suis
  3. Enseignant

Lieu de découverte et d’apprentissage, le musée accueille tous les publics scolaires de la maternelle au lycée. Les différents parcours proposés à travers les collections permanentes et les expositions temporaires, permettent aux élèves d'éveiller leur sens de l'observation, leur curiosité, leur créativité et leur sensibilité.

L’équipe du service des publics et les professeures-relais du second degré sont à votre disposition pour répondre à vos questions, vous informer et vous aider à développer vos projets pédagogiques.

RESSOURCES

Pour préparer et approfondir votre visite, le service des publics met à votre disposition des ressources pédagogiques : parcours thématiques, fiches œuvres, fiches découverte de l'estampe, dossiers pédagogiques des expositions.

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DES EXPOSITIONS

PRÉSENTATION DES EXPOSITIONS AUX ENSEIGNANTS

INSCRIPTION au 02 31 30 40 85 (du lundi au vendredi, 9 h 00 - 12 h 00 et 14 h 00 - 16 h 00)  ou par mail : mba.groupes@caen.fr

Merci de préciser le niveau de la classe, la matière enseignée, le nom de votre établissement et vos coordonnées.

  • Mercredi 27 novembre 2019 à 14 h 30, visite des deux expositions

Passages Anna-Eva Bergman dans le cadre du 28e festival Les Boréales (14 novembre 2019 – 1er mars 2020)

Une exposition consacrée aux œuvres d’Anna-Eva Bergman créées dans l’élan des deux voyages de l’artiste au nord de la Norvège, en 1950 et 1964, avec plus de quatre-vingts peintures et dessins, des photographies et des carnets de croquis. La découverte des paysages des îles Lofoten et du Finnmark constitue une véritable révélation. Réinventant les liens qui la rattachaient au pays de son enfance pour les ouvrir à une forme d’imaginaire symbolique, Anna-Eva Bergman (1909 - 1987) conçoit peu à peu les éléments d’un langage qui lui est propre, fait de motifs récurrents, décantés jusqu’à l’abstraction. Fjords, glaciers, barques ou horizons sont déclinés en de grandes séries où se mêlent la peinture et les feuilles de métal, dans la quête d’un espace dématérialisé, habité d’une lumière singulière.

 

Jean-Claude Mattrat Travaux d’impression (2 novembre 2019 – 16 février 2020) 

Jean-Claude Mattrat a conçu et fabriqué douze livres en 2018, à raison d’un par mois. Ces volumes, sans texte mais dont les images entrent en consonance, portent des titres qui fournissent une définition du livre selon l’artiste, soit une « chose » qu’il faut nommer pour la faire exister avant de songer à en tourner les pages. Douze cahiers d’atelier accompagnent les livres. Ils conservent la mémoire des diverses étapes de l’impression. Outre les livres et cahiers, l’exposition réunira plusieurs meubles de monstration. S’apparentant à une table, à une étagère ou à un bonheur-du-jour, ils permettent la présentation des éditions.

  • Mercredi 4 mars 2020 à 14 h 30

Les Cris dans la ville. Gravures d’après Annibale Carracci et Edme Bouchardon (29 février– 6 septembre 2020)

En préambule à une saison dédiée à la représentation du travail, seront exposées au cabinet d’art graphique une centaine d’estampes issues de la collection du musée montrant les petits métiers de la rue, métiers de service et de commerce peu qualifiés mais qui paradoxalement constituent une réelle source d’inspiration pour les graveurs du XVIe siècle jusqu’à l’ère industrielle. Parmi les Cris les plus diffusés, quarante planches gravées par Giuseppe Maria Mitelli d’après des dessins d’Annibale Carracci : artisans et marchands ambulants de la ville de Bologne, saisis en pleine action. La veine populaire, âpre et parfois à la limite de la caricature, adoptée par les artistes bolonais fait place dans les Cris de Paris gravés d’après les dessins d’Edme Bouchardon à une vision plus empreinte d’humanité.

  • Mercredi 8 avril 2020 à 14 h 30

Les villes ardentes Art, travail, révolte 1870 – 1914 dans le cadre du festival Normandie impressionniste 2020 (4 avril - 20 septembre 2020)

En 2013, le musée présentait une exposition intitulée Un été au bord de l'eau consacrée à l'essor des loisirs de plein air. Il propose d'éclairer aujourd'hui l'autre versant de cette modernité en marche, non plus au travers des images du temps libre, dédié à la détente au cœur de la nature, mais par le prisme de la représentation du travail et de ses évolutions, dans l'effervescence des villes. L'exposition Les villes ardentes s'attache aux images du labeur en milieu urbain et pose un regard élargi sur les œuvres produites entre 1870 et 1914, déplaçant les oppositions habituelles pour mêler différentes visions d’une même modernité. Confrontés à des paysages autant qu’à une réalité sociale en voie de transformation, les artistes témoignent de certaines évolutions sociales, telles que l’essor du travail des femmes ou l’émergence de la classe ouvrière. Des images du travail aux scènes de manifestation et de grève, c’est l’histoire de la IIIe République qui s’écrit.

  • Mercredi 20 mai 2020 à 14 h 30, visite des deux expositions 

Gérard Fromanger Annoncez la couleur ! (16 mai – 20 septembre 2020)

Particulièrement attaché à la Normandie où il a grandi, Gérard Fromanger est l’un des plus grands représentants du courant de la Figuration narrative. Depuis les événements de mai 68 auxquels il prend une large part en co-fondant notamment l’Atelier populaire des Beaux-Arts de Paris, il s’affirme comme un artiste engagé, ancré « dans le monde ». Depuis un demi-siècle, il décline une stratégie de la couleur fondée sur la quadrichromie en conjuguant les composants de la photographie avec l’impérieuse nécessité de s’impliquer dans son époque. Il revisite à travers ses séries les grands genres de la peinture – scènes d’histoire, paysages, portraits. L’exposition révèle, à travers une soixantaine d’œuvres créées de 1966 à 2018, à quel point ce peintre de la rue et des passions joyeuses, résolument libre, a su développer un art toujours novateur, à l’écart de tout formalisme.

 

Fernand Léger Paysages de banlieue 1945 – 1955 (16 mai – 30 août 2020)

Fernand Léger hérite de l’impressionnisme un thème qui devient récurrent dans son œuvre à partir de la fin des années 1940 : la représentation des banlieues en cours d’industrialisation. Dans la dernière décennie de sa carrière, il peint la ceinture qui enserre Paris, là où s’implantent les grands établissements industriels qui transforment peu à peu les campagnes en communes-dortoirs prolétariennes. L’exposition, la première consacrée à Fernand Léger au musée des Beaux-Arts de Caen, rassemblera une vingtaine de peintures, de gouaches et de lithographies de la période 1945 – 1955, rarement montrées. Les rapprochements faits avec des photographies de Robert Doisneau et de Willy Ronis, tous deux amis de Léger, montrent bien que, pour le peintre comme pour le photographe, la question de l’individu dans la métropole moderne recoupe celle de la figure dans l’espace de la composition.

 

PROJETS

  • Projet DSDEN « La couleur au jour le jour » - 1er degré

En lien avec la 4ème édition du Festival Normandie impressionniste, le projet départemental 2019-2020 arts plastiques, danse, musique, initié par les conseillers pédagogiques départementaux en éducation artistique de la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale du Calvados, a pour thème La couleur au jour le jour.

Les écoles primaires, maternelles et élémentaires inscrites dans le projet pourront choisir parmi les propositions des structures culturelles dont celles du musée des Beaux-Arts de Caen :

Visites, visites-croquis ou visites-ateliers  dans les collections permanentes et les expositions dont l’exposition du festival Normandie impressionniste, Les villes ardentes du 4 avril au 20 septembre 2020, vous permettront de découvrir ou d’approfondir ce qui a été vu en classe autour de la thématique de la couleur. Ces propositions de médiation sont détaillées dans le dossier pédagogique et culturel.

  • LES MUSÉALES 2019/2020 - 2nd degré

Thématique : Le Carnet du créateur – « Au jour le jour »

« Imaginez et créez le carnet de l’artiste, objet qui associe différents genres de textes (journal intime, articles pour des revues ou des journaux, lettres, croquis, illustrations, poèmes…). Cet objet, qui peut multiplier les supports (sonore, vidéo, numérique), relatera le cheminement au jour le jour d’un artiste vers l’œuvre que vous aurez choisie parmi la sélection proposée. Vous serez attentif à la période et aux circonstances de création ainsi qu’à l’environnement artistique et littéraire. »

Collégiens et lycéens d’enseignement général, technologique et professionnel sont invités par le Rectorat à imaginer un récit dont le fil conducteur sera l’une des trois œuvres du musée des Beaux-Arts de Caen : Le Mariage de la Vierge (1500-1504) Le Pérugin, Étretat. La Manneporte, reflets sur l’eau (1885) Claude Monet et Le Scribe (1945) Jacques Villon (visuel).

Remise des prix le 12 mai 2020 à l’auditorium du musée des Beaux-Arts.

Renseignements auprès du Rectorat : daac@ac-caen.fr ou anne-sophie.fouenard@ca-caen.fr / 02.31.30.15.39 https://www.musealesennormandie.fr